Invisibles

Pendant un an et demi, je suis allée écrire des chansons toutes les semaines avec les enfants et les adolescents d’un centre d’hébergement d’urgence de Paris.

Parfois, c’était difficile.

Mais les moments de découragement étaient généralement effacés par des instants de grâce.
Parce que tous ont joué le jeu.
Ils ont écrit. Ils ont chanté. Ils se sont ouverts.

Lorsque le centre a fermé, j’ai eu peur que leurs chansons se volatilisent comme eux.
Pourtant, elles racontaient tant de choses.
Alors, nous sommes allés en studio.

Au début, il n’y avait que les voix qui tremblent des enfants.
Mais leur beauté est dans leur imperfection.
Alors avec Cristian Sotomayor, nous sommes partis de cette matière brute, puis nous l’avons modelée.
Des instruments sont venus s’y ajouter.
Puis mes voix.

Nous avons fabriqué un petit écrin pour les témoignages bouleversants de ces drôles de vie d’enfant.
Aujourd’hui, je suis fière.
D’avoir été au bout.
Pour eux, pour leurs familles.
Mais aussi pour moi.

Parce que ces enfants m’ont fait grandir.
Ils m’ont donné le sens de ce que je sais faire.
Faire entendre la voix de ceux qu’on n’entend pas.

Découvrir le projet INVISIBLES

Les émotions fugaces

Si je pleure des fois
C’est seule et puis tout bas
D’une toute petite voix
Si je pleure des fois
De tristesse ou de joie
Sans bien savoir pourquoi
Sauf à être dans tes bras
Si je pleure des fois.

Si j’hésite souvent
A trouver les raisons
De choisir tout le temps
Si j’hésite souvent
A perdre la raison
De mes pensées au vent
Au vent doux des saisons
Si j’hésite souvent.

Si j’ris à tout bout d’champ
C’est fort et puis de tout
Surtout du fil du temps
Si j’ris à tout bout d’champ
Et si même je m’en fous
Et même si ça s’entend
J’aime bien quand ça secoue
Si j’ris à tout bout d’champ.

Si j’espère toujours
Un rien, une broutille
Une petite preuve d’amour
Si j’espère toujours
Une poussière, une brindille
Un chemin, un détour
Une lumière qui scintille
Si j’espère toujours.

Vivons les à jamais
Les émotions fugaces
Du temps qui disparait
Vivons les à jamais
Même si tout s’efface
Les joies et les regrets
La beauté dans la glace
Vivons les à jamais.

d’après Triolet Fantaisiste de Charles Cros
Atelier d’écriture d’Ignatus
1er février 2016